Mercredi, 16 Avril 2014
Bandjoun PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
SOCIETE - SOCIETE
Mardi, 15 Novembre 2011 10:58

L’assassin de Virginie Djeumo appréhendé

Fin de cavale pour Dieudonné Waffo, qui au soir du 9 octobre dernier avait assassiné, la militante controversée entre Sdf et le Rdpc.

Hier matin, 14Le présumé au centre novembre 2011, l’avis de recherche qui était collé  sur le babillard de la brigade de gendarmerie de Bandjoun, est entré dans les archives. Traduisant l’arrestation de celui qui court depuis la nuit du 9 octobre 2011, après avoir tué une dame dans un bureau de vote au quartier Keng à Bandjoun...

L’assassin de Virginie Djeumo, a été appréhendé par les éléments de la brigade de gendarmerie de Bandjoun, dans un bosquet au quartier Tchala, à Bayangam,  hier 14 novembre, à10 heures très précises, selon une source  fiable de ladite brigade.

« Il y a longtemps on nous indiquait la piste de Mélong, dans le Moungo, où il se serait refugié. Malgré les recherches, rien ne nous   signalait la présence de ce fugitif dans ce coin là. Or c’est à force d’un renseignement bien pointu, que nous avons trouvé que ce dernier se cachait dans un bosquet à Bayangam », renseigne un gendarme qui a requis l’anonymat. Dieudonné Waffo, connu au quartier Keng sous le sobriquet de Ben Laden, nie cet appellation, mais selon les premières auditions des gendarmes, il avoue les faits  qui lui sont reprochés, ce qui confirme  l’avis de recherche à la gendarmerie du procès verbal N° 10/2011, du 10 novembre 2011, qui  mentionne : Dieudonné Waffo, auteur de coups mortels sur dame Djeumo Virginie, dans la nuit du 9 octobre 2011. Fils de feue Kamgue et de feue Djzukou. L’avis de recherche mentionne également que ce fugitif, aurait été condamné à Nkongsamba pour meurtre et trafic d’ossements humains. Ce dernier après sa mise aux arrêts, est devenu très hostile envers tout le monde, et surtout envers les hommes de média qui tenteraient de prendre une photo de lui. « Il est devenu très menaçant, c’est un véritable lion », fait savoir un gendarme.

Pour mémoire, ce dernier avait pendant les opérations de dépouillement du vote de la présidentielle du 9 octobre dernier, avait assené des coups de pied mortels au bas ventre de Virginie Djeumo, dans le bureau de vote de l’école publique de Keng à Bandjoun, avant de fondre dans la nature. Une polémique s’en est suivie après le décès de cette dame. Le Social democratic front (Sdf) et le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), ont bataillé sur l’appartenance politique de la victime. Une bataille politique qui s’est poursuivie jusqu’à son inhumation le 5 novembre dernier à Bandjoun.

Mise à jour le Mardi, 15 Novembre 2011 11:13
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir