Mercredi, 16 Avril 2014
Accueil Itinéraire ITINERAIRE Jacques Kamsu Kom
Jacques Kamsu Kom PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 
ITINERAIRE
Écrit par Jean Claude Fogno   
Vendredi, 10 Février 2012 11:46

altUne victoire camerounaise sur les ulcères gastriques

Le tout premier professeur titulaire en Afrique francophone et pionner de la chimie minérale au Cameroun s'est bâti une réputation mondiale par la qualité de ses travaux de recherches.


Coincé entre des maisons d'habitation aux alentours du centre des handicapés d'Etoug-Ebe, le laboratoire Kamsu Kom (Labo KK, enregistré à l'OAPI depuis 1981) avec ses trois blocs ne paie pas vraiment de mine. Pourtant, c'est dans ce labo spécialisé en recherche, production pharmaceutique et agro-industrielle qu'est sortie la solution camerounaise contre les ulcères gastriques (estomac). Ironie du sort, c'est à ce chercheur qu'a été adressé le tout premier visa ou autorisation de mise sur le marché d'un médicament camerounais, le Pola Gastral A-T-200, anti ulcéreux du digestif, signé par le ministre de la Santé publique, Athanase Eteme Oloa le 17 novembre 1982. Tout comme le Brevet d'invention n° 1 200 900 275 a été délivré au Prof Jacques Kamsu pour l'invention de deux médicaments antianémiques et reconstituants généraux.

«La chaine de fabrication du Pola Gastral A-T-200 a une technologie très avancée et bénéficie d'une longue expérience technologique pour le situer parmi les hauts de gamme des médicaments en gastroentérologie tant pour le traitement des inflammations que des ulcères d'estomac», explique par intermittence, vêtu de sa blouse blanche, le premier Dr. ès sciences camerounais en pleine manipulation (à 80ans!) d'un dosage chimique et le contrôle de la température de l'étuve de l'hydro-distillation. Avant de rassurer, au milieu d'une multitude de flacons colorés, que son produit «se trouve heureusement être l'un des rares produits réunissant à la fois les propriétés d'un gastro-pansement et un effet curatif». Toujours est-il que le médicament contient, entre autres, des oligoéléments métalliques comme le fer, le zinc qui, selon son inventeur, «permettent aux malades une régénération totale de leur tonus biologique et une propriété particulière qui ne se trouve point dans les produits similaires».

Laboratoire

Pourtant, on pourrait bien affirmer que le Prof Kamsu a sacrifié l'essentiel de sa vie sous les odeurs des produits chimiques au laboratoire au cours de la synthèse et l'étude des composés. Paradoxalement, celui qui explique avoir expérimenté durement des discriminations du fait de ses origines ethniques (Bayangam), se réfugie derrière un triomphe bien modeste. «Je suis le promoteur de la chimie minérale en Afrique. C'est beaucoup plus un hasard de l'histoire qu'un mérite. Je suis le premier Dr. ès sciences camerounais, premier prof titulaire en Afrique francophone, premier doyen des facultés des universités camerounaises, premier industriel pharmaceutique à avoir un visa sur le premier médicament camerounais».

Des exploits qu'on était loin d'imaginer lorsqu'il voit le jour le 9 février 1935 dans les champs de cultures de Nkongsamba. Bien qu'assez bruyant, il caresse les délices de l'alphabet dans cette localité avec son CEPE en juin 1948. Avant de se délecter de son Bepc en juin 1952 et son Bac en juin 1955. Particulièrement brillant pour les matières scientifiques à 20 ans, il s'envole pour Nancy, en France, avec le concours de l'Etat et se distingue en 1960 par son diplôme de pharmacien. Suffisant pour le propulser moniteur de chimie minérale à la faculté de pharmacie de Paris entre 1960 et 1963. C'est alors que ses qualités académiques le diligentent au Centre National de Recherches Scientifiques (CNRS) de 1960 à 1964 respectivement comme stagiaire, attaché et chargé de recherche. Ce qui se solde par un doctorat en sciences en avril 1964.

Hanté par le retour aux sources, il se retrouve plutôt chargé d'enseignement de physique et de chimie à la faculté des sciences d'Abidjan après sa thèse, avec le concours de la coopération française. Un séjour qui lui permet d'asseoir un laboratoire de chimie minérale avant de voir ses prestations couronnées par le prestigieux grade de maître de conférences en 1968. Un laboratoire qui lui servira de moule pour la première Dr ès sciences ivoirienne de cette discipline en 1969, Dr. Rosine Eholie, actuellement professeur à la retraite.

Au Cameroun, des appels incessants pour son apport dans l'édification de l'enseignement supérieur se multiplient. C'est alors qu'avec toujours l'aval de la coopération française, il regagne le bercail pour les enseignements de la chimie minérale à la faculté des sciences de l'université fédérale du Cameroun dès 1969. Exigeant, professionnel et cartésien, il se voit parachuter comme tout premier Camerounais doyen de faculté entre octobre 1971 et 1974. Avec à son actif, des réformes des enseignements avec l'initiation du mémoire de maîtrise, la création d'un certificat de biochimie et surtout la mise sur pied du premier laboratoire de chimie minérale qui a vu le jour en 1974, sous le soulagement des autorités universitaires, le tout premier Dr. ès sciences camerounais de la discipline, Dr. Léopold Fournes, actuellement professeur de chimie à Bordeaux, en France.

Une somme d'expériences qui lui a permis d'asseoir le laboratoire Kamsu Kom en 1981 avec la sortie de son premier produit phare quelques mois après, Pola Gasral A-T-200. Un labo qui constitue actuellement au Cameroun une certaine référence surtout que c'est vers ce centre de recherche que les autorités camerounaises orientent plusieurs visiteurs des instituts internationaux de recherche.

«Sur le plan académique, nos travaux se résument à la synthèse et l'étude des propriétés de quarante (40) composés nouveaux dont 35 publiés au bulletin de la société chimique de France et aux comptes rendus de l'Académie des sciences de Paris. Tout comme trois médicaments nouveaux mis sur le marché dans le cadre des recherches biomédicales», se glorifie, le « Caduce d'or » de l'Ordre National des Pharmaciens du Mali décerné au forum pharmaceutique international de Bamako en 2005 pour «sa contribution au développement de la profession pharmaceutique».

Membre fondateur de Pugwah International, société savante créée à Pugwah au Canada pour instruire l'utilisation exclusive à but humanitaire des résultats scientifiques par les leaders du monde, le professeur Kamsu Kom compte passer le témoin à la jeune génération dans quelques mois. Mais ses œuvres continueront de féconder le monde alors qu'il n'a jamais effleuré la politique.

Jean Claude Fogno

altRepères :

9 février 1935 : naissance à Nkongsamba

Juin 1948 : CEPE
Juin 1952 : BEPC
Juin 1955 : BAC
1960 : Diplôme de pharmacien à Nancy en France
1960-1960 : Moniteur de chimie minérale à la faculté de pharmacie de Paris
Avril 1964 : Doctorat en sciences
1964 : Enseignant de physique et de chimie à la faculté des sciences d'Abidjan
1968 : Maitre de conférences
1969 : Enseignant de la chimie minérale à la faculté des sciences de l'université fédérale du Cameroun
1971-1974 : Premier camerounais doyen de faculté
1981 : Création laboratoire Kamsu Kom
1982 : Découverte de Pola Gasral A-T-200
17 novembre 1982 : autorisation de mise sur le marché du médicament
2000-2007 : Président du conseil national de l'Ordre des pharmaciens
2005 : «Caduce d'or» de l'Ordre National des Pharmaciens du Mali

Mise à jour le Vendredi, 10 Février 2012 11:58
 

Commentaires  

 
0 #2 Pierre Veil 31-05-2013 09:49
Je t'ai guide a Nancy, a la fac de pharma ,pour les TP de matiere medicale...Claude Fr eund m'a donne de tes nouvelles...Toutes mes felicitations pour les différents succes enregistres tout au long de ta vie professionnelle ! Si tu as un jour l'occasion de venir a Strasbourg ou je reside, je te reverrais avec grand plaisir.

Pierre Veil
Citer
 
 
0 #1 tchouente alice 29-08-2012 21:58
bonjour professeur kamsu kom,
très ravie de tout ce que vous avez accompli et continue de le faire, aussi de trouver moyen de pouvoir communiquer avec vous.
je suis malade depuis 1988et vis à paris; juste un contact avec quelqu'un des miens qui m'est cher.
tchouente alice
tel: 33147001304
email:tchouente
bien des bonnes choses;
affectueusement .
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir